Patrimoine

Véritable trésor de l’océan-Indien, Mayotte dispose encore d’un patrimoine immatériel notable. Au-delà des paysages et du lagon, langues locales, artisanat, danse et traditions sont à découvrir. 

Langues : 

Avec pour emblème le kibushi et le shimaoré, les langues locales sont encore très présentes à Mayotte. La pratique forte de ces langues, issues du malgache et du bantou, marque un gage de préservation de la culture mahoraise. Ces langues traditionnelles restent néanmoins avant tout orales. 

Habitat : 

L’habitat traditionnel est représenté par la construction de maison en tôles, en bois, végétaux ou en terre. Ces cases sont appelées bangas est sont traditionnellement occupées par des jeunes hommes en phase d’adolescence. Aujourd’hui l’habitat traditionnel disparaît au profit de construction en dur faites à partir de brique et de béton.  

Pêche artisanale : 

Le secteur de la pêche artisanale tient une place importante à Mayotte. L’activité halieutique est pratiquée avec la pêche embarquée (utilisation de pirogue en bois ou de barques) et la pêche à pied.

 

Aujourd'hui les pirogues traditionnelles sont en déclin et les foundis constructeurs de pirogues sont moins nombreux. C'est un savoir-faire technique qui se perd et une tradition maritime qui disparaît. 

Pirogue
Pirogue

Artisanat local : 

Bien que l’artisanat local soit peu développé, on trouve à Mayotte de la vannerie pour réaliser chapeaux et paniers, des instruments de musique en bois, de la sculpture, de la poterie, des bijoux travaillés finement. On trouve aussi des produits issus de l’agriculture locale (confitures, anchards, essence d’Ylang-ylang). 

Parures traditionnelles : 

Les femmes mahoraises arborent des tissus à motifs et colorés appelés salouva. Elles portent aussi le m’sindzano, un masque de beauté à base de bois de santal qui leur permet de protéger leur peau. Le port de parures de bijoux ou des tatouages au henné est un signe de beauté et de séduction.

 

Si les hommes s’habillent davantage à la mode occidentale, ils portent, lors de fêtes religieuses et pour la prière, le Kandzou (grande robe pour homme) et le Koffia (couvre chef en forme de kipa). 

Danses et musique : 

De nombreuses danses traditionnelles sont pratiquées à Mayotte. Le mbiwi (danse féminine) et le shigoma (danse masculine) sont les plus répandues. Elles se pratiquent en groupes et sont associées à la fête.

 

Comme les danses, les musiques de groupe sont également très développées. Si les ensembles vocaux et percussions sont au cœur des musiques traditionnelles certains instruments se distinguent particulièrement : quelques rares instruments à vent et surtout des cordes (gabousses, dzendze). 

Danse et musique traditionnelles des élèves de Dembeni
Danse et musique traditionnelles des élèves de Dembeni

Croyances : 

Sur le territoire mahorais on retrouve des lieux de culte dénommés ziara. Si les Mahorais croient en un Dieu unique, les croyances locales donnent du pouvoir aux astres gniora, aux êtres invisibles tels que les moinaïssa, aux esprits des défunts (trumba), aux esprits de la nature (patrossi), aux êtres surnaturels du Coran (djinn), et aux anges (malaïka).

Depuis des siècles et dans l’intimité, la population locale fréquente les sites sacrés pour demander protection, bénédiction, guérison aux esprits.

Ziyara, lieu de culte
Ziyara, lieu de culte